Diane est une femme mûre qui a un fétiche : le sperme des hommes. Avec son mari Benoît, elle se rend dans les clubs pour s’adonner à sa pratique favorite, le bukkake.

Une. La première décharge de foutre sera pour le fond de ma gorge, là où s’est fiché ce mec poilu et sa bite tendue et raide. J’ai du mal à déglutir. Je prends grand soin de ne pas avaler, mais de recracher. Benoît me prend sur cette banquette, au beau milieu de ce club échangiste, et je sens des dizaines de mains qui courent sur mon corps.

Deux. L’un des mecs vient de tout balancer sur mon dos. Je sens la chaleur et la viscosité de son jus qui me macule la peau. Entre temps, un autre type a pris possession de ma bouche. Sa queue est un peu molle, alors je m’applique à bien lui caresser le gland du bout de ma langue tout en le pompant.

récit érotique : le bukkake

« ce que j’aime dans le bukkake, c’est ce mélange d’humiliation et d’excitation extrême »

Quatre. Ce sont maintenant de gros coups de bite que me prodigue mon mari. Je suis au bord de la jouissance et j’essaie de me retenir un maximum. J’adore ce moment, juste avant l’orgasme, où je perds tous mes moyens et toutes mes appréhensions. Deux nouveaux mecs ont joui dans ma bouche et sur mon visage et je pompe maintenant un beau membre black, bien raide comme je les aime.

Cinq. Quand le black a joui sur ma figure, Benoît m’a fait me retourner, m’a saisi par les cuisses, et s’est planté à nouveau en moi. Je tourne la tête alternativement à gauche et à droite, pour sucer à tour de rôle deux bonshommes aux queues rougies d’excitation. Un autre a grimpé à califourchon sur mon ventre et s’offre une branlette espagnole entre mes seins.

Huit. Mission accomplie. Le mec sur moi s’est vidé sur ma poitrine. Les deux autres ont balancé la sauce comme ils ont pu, m’engluant un peu plus le visage, et me salissant les cheveux. Je sais que ça va coller, que je vais devoir faire plusieurs shampooings, mais je m’en fous totalement. Benoît, qui me baise toujours avec l’énergie de l’homme en rut, invite du regard de nouveaux hommes à venir abuser de moi.

Neuf. Je ne l’avais pas vu arriver. Il a déchargé sur mon visage en venant de derrière. Il frotte maintenant sa queue flasque sur ma peau et l’essuie dans mes cheveux déjà poisseux. Benoît va jouir, je sens qu’il s’agite de plus en plus dans ma chatte.

Dix. Benoît se redresse, s’approche de moi, et m’offre ses longues giclées de foutre qui atterrissent sur mes seins. Il est temps de faire une pause. Je dois traverser les parties communes, nue, couverte de sperme, devant les yeux affolés des autres couples libertins. Je vais prendre une douche bien méritée.

Je suis assez fière de moi. J’ai fait jouir dix hommes différents. Et surtout, j’ai réussi à les compter. C’est mon grand plaisir. Me souvenir du nombre de mecs qui ont pris leur pied, grâce à moi, et sur moi. Je sais que j’ai dix spermes différents sur le corps, et ça me fait plaisir.

L’eau chaude coule sur mon corps, mais je dois frotter pour enlever les amas de jus d’hommes qui collent à ma peau. J’essaie de récupérer mes cheveux, tout gluants de foutre. Benoît se douche aussi et m’embrasse à pleine bouche.

bukkake d'une libertine

« celles qui n’ont jamais vécu de bukkake ne peuvent pas juger de l’intensité du moment »

C’est là qu’un jeune homme que j’ai croisé du regard lors de ma traversée humiliante de l’établissement entre dans la salle de bain du club. Il a l’air excité. Je lui fais un clin d’œil. Benoît s’écarte un peu. Le jeune mec sort une bonne grosse queue de sa braguette. Il est déjà raide comme la justice.

Je m’agenouille et le prends dans ma bouche. Je m’applique, pour lui donner un maximum de sensations. il s’est emparé de mes seins et les pelote comme s’il n’en avait jamais touché avant. Je pompe de mon mieux.

Onze. Il vient de jouir, j’ai juste eu le temps de le retirer de ma bouche pour le laisser se répandre sur ma poitrine. Combien sont-ils ? Au moins une demi-douzaine à assister à la scène, espérant que leur tour viendra. Parmi eux, une femme. Elle me sourit. Elle encourage son homme à venir vers moi. Je sors des douches collectives après m’être rincée à nouveau.

Je me fraye un chemin jusqu’aux serviettes. Je vais retourner avec Benoît vers la pièce où tout a commencé. J’en veux encore. Je veux me sentir servile, utile à la jouissance des mâles. Moi-même, je n’ai pas encore pris mon pied. Je me suis retenue. J’ai envie d’encore plus d’éjaculations sur mon corps offert. Et je vais en avoir d’autres, je le sais.

Benoît va me lécher le clito pendant que je téterai d’autres queues. Douze, treize, quatorze, ou plus, on verra bien.