Les libertins sont des gens comme tout le monde. Certains ont des complexes, d’autres non. Mais quand on est amené, plus que d’autres, à se montrer nu devant des inconnus, comment gère-t-on la relation à son propre corps ?

Les beaux jours arrivent (bien qu’ils se soient fait attendre !), les corps vont se dévêtir et on voit depuis quelques temps fleurir dans les magazines les éternels conseils pour maigrir et avoir la cuisse ferme. Le corps est aujourd’hui un sujet capital mais ce qu’il engage, ce corps parfait idéal, c’est surtout la relation que l’on a aux autres et la séduction que l’on exerce.

No-body is perfect

« Avant de commencer le libertinage, j’étais complexée par mon corps. » Combien de fois a-t-on entendu ce genre de témoignages… Bombardés d’images de corps parfaits vus à la télé ou dans les magazines, la plupart des gens ont des complexes. Trop gros, trop gras, trop velus, trop ridés, trop maigres, l’image que l’on a de soi peut être cruelle et sans pitié. Alors bien sûr, il y aura toujours mieux, plus fin, plus jeune, plus bronzé mais franchement, dans une certaine mesure, à quoi bon…

complexes de libertines

« avant de commencer le libertinage,
j’étais complexée par mon corps, par mes formes »

L’intimité du couple, l’amour que l’on se porte l’un à l’autre, une certaine habitude du corps de l’autre, ce confort offre un rempart contre les complexes car il masque, en quelque sorte, la réalité de ce que représente visuellement notre corps. Mais lorsqu’il s’agit de s’exposer, que ce soit sur la plage l’été, ou dans un sauna libertin, la question est plus épineuse.

Jamais je n’oserais me montrer nue devant tout le monde

Qu’il s’agisse de franchir la porte d’un sauna libertin, d’un club échangiste ou d’une plage naturiste, le problème reste le même. Car non, nous ne sommes pas parfaits, nous avons tous nos petits défauts, et heureusement ! Il s’agit avant tout d’oser…

Alors, on se lance, on se déshabille et après quelques pas sur une plage naturiste, on s’aperçoit qu’il faut de tout pour faire un monde. Des corps, il y en a autant que de personnes, tous les types physiques sont là et au final, cela crée une belle harmonie. On se surprend à regarder le corps d’une femme tanné par le soleil et le poids des années et à le trouver beau et même désirable…

Et puis il y a la nudité à proprement parler. Les sexes masculins comme féminins sont souvent le siège d’importants complexes (surtout pour les hommes, il faut le reconnaitre…). Et là, dans un lieu naturiste, même s’il est vrai qu’au début vous ne pouvez vous empêcher de regarder précisément ces endroits-là, vous aurez vite fait le tour… Des zizis, il y en a de toutes les formes et de tous les gabarits, des gros joufflus et des p’tits touffus, et pour les dames, c’est pareil…

[encart]Complexes virils de libertins

Il va sans dire que les hommes libertins ne sont pas exempts de complexes sur leur corps. Avec une particularité : « suis-je à la hauteur, du point de vue de ma virilité ? ». Qu’il s’agisse de la taille du pénis ou des performances, rassurez-vous : tous les hommes libertins sensés se sont un jour posé cette question.

complexes de libertins

Toutes les femmes libertines, quant à elles, peuvent témoigner que la durée des « performances » de monsieur est décuplée dans un contexte de groupe. Saine émulation ?[/encart]

Le libertinage m’a libérée de mes complexes

Puis vient le soulagement…. Ah ce qu’il est bon de voir des autres corps nus et sans complexes ! « J’étais complexée par ma poitrine depuis des années et c’est en grande partie pour ça, que je ne voulais pas tenter le libertinage, puis un jour j’ai osé… et ça m’a complètement libérée » nous confie une libertine.

« De voir que je pouvais plaire à autant d’hommes et de femmes malgré mes seins que je jugeais tombants m’a fait un bien fou… Sans penser que j’étais tout d’un coup devenue une bombe, j’ai pris conscience qu’on pouvait plaire et être désirée sexuellement peu importe son physique et en cela, oui, le libertinage m’a décomplexée et j’en suis plus que ravie, et mon mari également ! ».

Les gens qui ne pratiquent pas le libertinage pensent souvent que les libertins sont des personnes sans complexes. Vu de l’extérieur, une partouze n’est qu’un amas de chairs anonymes qui se fourvoient dans de bas instincts sexuels. La réalité est plus en demi-teinte. Les libertins sont des personnes décomplexées, autant dans leur corps, qu’ils entretiennent à sa juste valeur, parce qu’ils aiment plaire, c’est vrai, que dans leurs esprits, s’autorisant un plaisir totalement tabou pour d’autres.