C’est le lieu par excellence de la drague dans le milieu échangiste : le club. Autrement dit, la discothèque, le lieu où l’on boit un verre, où l’on drague, donc, et où l’on coquine. Mais aussi, forcément, le lieu où l’on danse. Alors, sans danser, pas de rencontres dans les clubs libertins ?

Débarquez dans un club libertin, une heure ou deux après son l’ouverture de la soirée et vous serez vite fixés. Si l’on y danse, si les couples y sont nombreux sur la piste, alors, l’ambiance risque d’être au rendez-vous. Revenez quelques heures plus tard et si danseurs et danseuses sont toujours aussi nombreux, et vous pourrez alors oublier le coquinage : vous êtes chez les m’as-tu vu.

ça peut devenir très chaud sur la piste de danse d'un club libertin

ça peut devenir très chaud sur la piste de danse d’un club libertin

La discothèque est le lieu privilégié de la rencontre libertine, avant l’émergence d’internet, avant la multiplication des saunas, restaurants libertins et lieux alternatifs de l’échangisme à la française. Alors oui, les gesticulations plus ou moins érotiques à la verticale sont souvent annonciatrices d’autres acrobaties, plus horizontales celles-ci. En milieu échangiste, si tu ne danses pas, tu es mort ?

Les danseurs… et les autres

Nous voici dans un grand club, très couru, de la capitale. Chaque samedi soir, des centaines de couples échangistes se pressent ici. Enfin, quand je dis échangistes, c’est un terme générique. Certains viennent ici pour les partouzes, d’autres pour pratiquer le mélangisme, d’autres encore ne sont là que pour… danser.

Ainsi de J&M, un jeune couple qui doit avoir autour de 30 ans. C’est bien simple, quand nous sommes arrivés, ils dansaient. Quand nous sommes ressortis des coins-câlins, ils étaient toujours sur la piste. Quelques aller-retours vers leur table pour se désaltérer, mais, a priori, aucune incartade dans les alcôves. Elle : « oui, n ous sommes échangistes. Mais franchement, on vient surtout ici pour la fête. Moi, je suis très exhibitionniste, j’adore me trémousser sur la piste et voir les regards se poser sur moi. Mon mec aussi, adore ça. mais nous n’allons coquiner qu’avec les couples qui nous plaisent vraiment, ceux qu’on croise sur la piste qui délirent comme nous ! ». Est-ce qu’ils viennent souvent ici : « oui, tous les samedis ! ». Est-ce qu’ils rencontrent souvent : « non, rarement… ».

Pour J&M, danser est une finalité, un plaisir en soi, et, accessoirement, un moyen de faire des rencontres échangistes. Au contraire de L&L, un couple de 25 et 26 ans qui, lui aussi, s’est pas mal déhanché durant la soirée : « oui, c’est marrant de danser sur une piste de club libertin. On peut y faire plein de trucs qu’on ne peut pas faire dans une boite normale. Mais bon, franchement, on n’est pas vraiment là pour ça : » nous confie la jeune femme. Pas là pour ça, comprenez : on est là pour le sexe. « Ici, c’est sympa, parce que quand tu danses avec une autre nana, très vite, ça tourne au délire cul. Du coup, quand on s’est bien chauffés, on file vers les coins-câlins et c’est parti ».

tellement chaud qu'on s'y déshabille !

tellement chaud qu’on s’y déshabille !

Les coins-câlins où on retrouve un autre type de couples. J&B ont la bonne trentaine. La danse, ce n’est vraiment pas leur truc. Surtout pas monsieur. Ils ont développé une autre technique de drague libertine : « ça nous arrive de danser 10 minutes, un quart d’heure, pour se mettre dans le bain. Mais c’est plus de la bonne volonté qu’autre chose. Ça ne marche jamais, de toute façon. Ici, c’est un grand club, on peut aborder les gens différemment. Nous, on maraude : comme on aime le sexe à plusieurs, on s’approche de couples en pleine action et on tente une approche. S’ils ne sont pas réceptifs, on va plus loin. On finit toujours par trouver des gens dans le même délire que nous ! ».

Danse et échangisme

Ouf ! Il n’est donc pas nécessaire de danser pour coquiner dans le milieu libertin. Et pourtant : même dans les rencontres privées (je parle ici des soirées libertines à plusieurs coupes), il se trouve (presque) toujours quelqu’un pour réclamer de la musique… et de la danse. La même musique que dans les clubs libertins (ah ! la musique inaudible des discothèques, libertines ou non !) et, du coup, les mêmes rituels. Comme si on ne pouvait pas profiter du changement de contexte pour discuter et se rapprocher autrement…

Il n’en reste pas moins vrai que le fait d’aimer coquiner n’implique pas nécessairement l’envie de se trémousser sur des boum-boum et des basses répétitives. Pour preuve, la multiplication des lieux alternatifs de drague échangiste : on ne compte plus les saunas libertins (où la danse fait pourtant de plus en plus partie de la fête), les restaurants échangistes (souvent liés à un club), les lounges (où l’on parle au lieu de se déhancher), les cinémas coquins….

Comme quoi, si vous aimez danser, le libertinage est peut-être fait pour vous. mais si vous détestez ça, il vous reste tout de même une chance de vous amuser dans le monde libertin !