Les clubs libertins : des paradis du sexe libéré. Mais quand on y va avec les meilleures intentions du monde, et que rien de ce qu’on espérait n’arrive, comment encaisser l’échec ? Râteaux, lapins, déceptions : témoignages d’hommes, de femmes et de couples sur leurs pires soirées…

« La première fois que nous sommes allés dans un club échangiste, nous savions exactement ce que nous cherchions. Nous voulions trouver un couple pour une relation entre filles uniquement. Nous sommes tombés sur des gens qui cherchaient tout à fait la même chose que nous. Du coup, nous y sommes retournés, avec d’autres idées en têtes, et, depuis, nous sommes libertins ».

parfois, la sortie libertine se conclue par un échec sur le plan des rencontres...

parfois, la sortie libertine se conclue par un échec…

Cela va presque sans dire : la majorité des couples aujourd’hui libertins a connu une première bonne expérience très tôt, le plus souvent dès la première sortie en club ou en privée. De quoi avoir envie d’aller plus loin, et d’adopter ce mode de vie sexuelle. « Franchement, il y a des soirs où rien ne marche, où on a l’impression d’être transparents (surtout dans un nouveau lieu) et où on se dit que si notre première fois avait été aussi nulle, on aurait arrêté tout de suite ! ».

Première sortie, premier échec

Alors, quid des couples pour qui la première soirée en club libertin ne s’est pas bien passée ? Difficile à dire, car ceux-ci ne reviennent que rarement. Pour ceux-là, on peut tout de même transmettre les recommandations des coquins les plus expérimentés : « il ne faut pas croire que c’est toujours l’extase, en club » poursuit Angélique, jolie petite blonde qui doit pourtant plaire beaucoup, « parfois, c’est nul, on se dit qu’on ne reviendra plus jamais, mais les bons souvenirs reprennent vite le dessus ».

Encore faut-il savoir ce qu’est une soirée nulle. Pour Nadine, les choses se posent un peu différemment : « nous avons 50 ans passés, nous sommes bien conscients de ne pas être attirants pour tout le monde. Mais on peut très bien passer une excellente soirée sans pour autant passer à l’acte ! ». Ce qu’Angélique réfute : « je sais bien que c’est mal vu dans le milieu échangiste de dire ça mais non, pour nous, une soirée en club sans sexe, c’est un échec ! On fait des kilomètres, ça coûte cher, si on voulait simplement une soirée danse ou discussions autour d’un verre, on a des amis verticaux pour ça (rires) ».

...mais les bons souvenirs l'emportent toujours

…mais les bons souvenirs l’emportent toujours

A y regarder de plus près, tous les couples ont vécu ce moment-là. Cette impression de n’être pas désirés, de ne pas trouver chaussure à son pied ou pire, d’être invisibles. Objectivement, Jordane est une bombe sexuelle : la vingtaine, un visage de mannequin, des formes de star du X, elle a tout pour plaire, en plus d’un caractère jovial et ouvert. Et pourtant : « une fois, nous avons voulu essayer un club à une centaine de bornes de chez nous. il y avait plein de couples, mais tout le monde semblait se connaître déjà. On a bien tenté quelques approches, mais rien du tout. Ni sur le plan sexuel, ni pour le reste ».

Et les hommes seuls ?

Ce qui vaut pour les échecs des couples vaut aussi pour les femmes seules. Mais pour les libertins célibataires ? « Je croyais être plutôt beau mec, plutôt attirant (c’est vrai, NDLR) mais mes premières sorties en club libertin ont été de véritables fiascos. J’abordais les femmes, les couples et je me faisais systématiquement jeter, parfois même de façon assez rude » raconte Marco, un jeune homme BCBG de la petite trentaine, « et puis, j’ai regardé comment cela se passait pour les autres célibataires. J’ai vu qui arrivait à séduire, et comment. J’ai changé de fusil d’épaule, je me suis mis à l’écoute des couples et de leurs envies. Bien sûr, il m’arrive encore des échecs, je ne prétends pas avoir une technique infaillible, ni même une technique tout court. Mais je vis mon libertinage pleinement ».

Moralité, il n’existe aucun libertin, couples, hommes ou femmes, qui n’ait connu l’échec dans un club échangiste. La différence entre les uns et les autres ? Un peu de chance, ou de sex-appeal, sans doute. Mais surtout, l’idée qu’une soirée réussie en « rattrape » une ratée, haut la main. Et puis celle qu’il faut se mettre dans le bain, comprendre les us et coutumes du lieu, les attentes des uns et des autres. Bref, sortir un instant de nos vies de consommateurs…