Nagisa Oshima n’est plus. Il avait fait fantasmer la France avec son fameux Empire des Sens. Pour lui rendre hommage, IDL Mag a souhaité jeter un oeil vers cinq des plus belles scènes érotiques du cinéma japonais.

Violent, politique, érotique. On pourra discourir à l’infini de l’ingrédient qui domine dans l’oeuvre de Nagisa Oshima, et en particulier dans son film le plus célèbre : l’Empire des Sens.

Cinéma japonais et érotisme

Mais, quoi qu’il en soit, il n’est nul besoin d’avoir l’esprit particulièrement mal tourné pour voir dans Ai no korīda une oeuvre hautement érotique, passionnelle et torride.

librairie érotique

Il en est sans doute ainsi de nombreux films d’auteur japonais où violence, sexualité, érotisme et subversions se mêlent, portés par des images telles que seul le Japon sait en produire.

Voici une sélection (subjective) de cinq scènes qui ont marqué l’érotisme du cinéma japonais.

L’Extase des anges – Koji Wakamatsu, 1972

De tous les cinéastes de la nouvelle vague japonaise, Koji Wakamatsu était sans doute l’un des plus politiques, en même temps que le plus « érotiquement engagé ».

cinéma japonais érotique - Koji Wakamatsu

L’Extase des anges
Koji Wakamatsu, 1972

Il nous livre dans ce film l’histoire assez tordue d’un groupuscule d’exrême-gauche obsédé par le sexe. Erotisme, pornographie, violence et politique se mêle dans ce film troublant, réalisé par celui qui sera, quelques années plus tard, le producteur de L’Empire des Sens.

L’Empire des sens – Nagisa Oshima, 1976

La sortie de ce film, coproduit en France, a été un choc dans la civilisation occidentale. On y a vu, à tort, la marque d’une société japonaise fortement érotisée.

érotisme et cinéma japonais erotique - Nagisa Oshima

L’Empire des sens
Nagisa Oshima, 197

Le film raconte l’histoire, vécue dans les années 1930, d’une ancienne prostituée qui, éprise de son amant, lui aurait tranché la verge pour la garder en relique.

A travers un érotisme souvent explicite, Oshima dénonce les travers de la société japonaise.

Bondage – Noboru Tanaka, 1977

Ce film, diffusé il y a quelques mois sur Arte, nous raconte la vie d’un artiste et de son modèle, une prostituée qui lui rappelle sa première épouse.

cinéma érotique japonais - Noboru Tanaka

Bondage
Noboru Tanaka, 1977

L’artiste se lance alors dans une expérience sadienne en compagnie de son modèle, qui suit ses recommandations avec docilité…

La Femme tatouée – Yoichi Takabayashi, 1981

Un patron dominateur et exclusif persuade sa secrétaire et amante de se faire tatouer. Il la confie à un vieux tatoueur, Kyogoro, qui se révèle fasciné par la peau de celle qui sera sans doute son dernier modèle.

cinéma japonais érotique - Yoichi Takabayashi

La Femme tatouée
Yoichi Takabayashi, 1981

Entre questionnements sur la création artistique et interrogations sur le désir, Takabayashi nous offre quelques scènes d’un érotisme étrange.

De l’eau tiède sous un pont rouge – Shohei Imamura, 2001

Plus récent, ce film s’attaque au mythe de la femme-fontaine : Saeko, une femme étrange, semble disposer de pouvoirs surnaturels.

érotisme du cinéma du Japon - Shohei Imamura

De l’eau tiède sous un pont rouge
Shohei Imamura, 2001

Non seulement, elle fait s’épanouir les fleurs en dehors des saisons, mais les jets d’eau qu’elle produit lors de ses orgasmes ont des propriétés magiques…