A un an des élections présidentielles, suivies de législatives, l’extrême-droite peut envisager des scores inquiétants d’après les sondages. Quel rapport avec les idées libertines, me direz-vous ? Quand les ennemis de la liberté menacent, mieux vaut être sur ses gardes.

Les propos sont rapportés par Bruno Gollnisch, ex éternel numéro 2 du FN, et candidat malheureux à la succession Lepen : « je ne reviendrai pas sur la loi Veil ». Attribuée à Marine Lepen, la citation pourrait rassurer les partisans du droit à l’IVG. Sauf s’ils lisent le programme du parti d’extrême-droite (1), qui n’est pas aussi clair que ça…

extrême-droite et libertinage

où l’on se propose purement
et simplement d’interdire le libertinage

Il faut bien reconnaître que la prise de position de la fille Lepen a eu l’effet d’une bombe, et pour cause : le refus de l’avortement est – à côté des thèmes de l’immigration ou du libre-échange – l’un des vieux chevaux de bataille du mouvement frontiste.

Le FN, un nouveau parti ?

Car on aurait tort de croire que le FN est en pleine mutation vers des idées « modernes ». Et les luttes pour la préservation de l’ordre moral ne sont pas oubliées. Le fait que le parti ait tissé des liens étroits avec l’extrémisme religieux catholique (Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Opus Dei…) et que cette même droite catho finance une bonne partie des activités des frontistes n’y est pas étranger.

Marine Lepen tient un discours, mais le cadre fondamental du parti n’a pas bougé d’un iota. Pour preuve de l’enracinement d’un puritanisme radical dans l’extrême-droite française, l’inénarrable texte d’un groupe local quant à l’ouverture d’un club libertin (2) à Pont-Audemer donne à réfléchir.

L’article du blog du FN 27 est sobrement intitulé : « un commerce de débauche s’installe près de Pont-Audemer dans l’Eure ». Tout un programme. Et l’auteur d’y décrire toute la perversité du libertinage, reprenant à son compte toute la rhétorique du tribun Lepen : « civilisation occidentale en perdition », « dépravation morale et physique », « un occident apatride et amoral », « un monde sans béquille morale », « le commerce des pires tares »…

On y ajoute bien sûr une allusion à la pédophilie. Vous avez froid dans le dos ? Ça n’est pas fini. En gras et rouge, en forme de conclusion, l’intention politique est annoncée : « La faute en revient à la permissivité du pouvoir et des institutions qui permettent ce genre d’aventures compromettantes » puis « Seul le Front National se propose de protéger l’enfant et la famille contre la déliquescence et les vils spectacles qu’un monde amoral peut entraîner de destruction « . Où l’on se propose d’interdire purement et simplement le libertinage.

extrême-droite puritanisme

une chose est sûre : les puritains
votent. Et vous ?

Un cas isolé ? Sans doute pas. Le discours (3) n’est pas vieux (février 2010) : Lepen père y compare islamisme, pornographie et prostitution, dans un même sac (la fange de la décadence occidentale sans doute), avant d’y fustiger, dos-à-dos, « l’avortement sous prétexte de liberté des femmes » (!) et « le libertinage sexuel ». La messe est dite.

Extrême-Droite, révolution conservatrice et puritanisme

Comment s’étonner alors que quand Ségolène Royal propose la mise en place d’un chèque contraception à destination des lycéennes de Poitou-Charentes, on hurle au loup (4), côté frontiste ? L’initiative est peut-être discutable, certes, mais de là à proclamer que « Marie-Ségolène Royal incite à la débauche »…

La débauche, un vieux thème pour le FN, qui se proposait dans son programme d’interdire les manifestations incitant à la débauche : exit Gay Pride, Love Parade…

On aurait pourtant tort de croire que les valeurs puritaines et traditionnalistes ne se développent qu’aux extrêmes. Et que la question de la liberté sexuelle n’est pas aussi une question politique. Il faut se souvenir que la dépénalisation de l’homosexualité n’intervient en France qu’en 1981 et que c’est un arrêt de la Cour Suprême du Canada en 2005 qui y autorise les clubs libertins.

La récente sortie d’un élu UMP contre une Marianne trop dépoitraillée dans sa mairie (pauvre Delacroix) illustre l’avancée des ultra-conservateurs au sein du parti majoritaire…

A gauche, la critique du libertinage et l’argumentation des thèses conservatrices se font davantage sur le terrain intellectuel que politique. Certains y avancent une association pour le moins osée entre libertinage et libéralisme économique, y voient une marchandisation des corps, renvoient dos-à-dos échangisme et libre-échange. Quand on ne veut rien comprendre…

Quoi qu’il en soit, les libertins auraient tout intérêt à se méfier des progrès de la révolution conservatrice en marche, d’où qu’ils viennent. Car une chose est sûre : les puritains votent. Et vous ?

Nous avons appuyé cet article sur les documents du Fn et de l’extrême-droite elle-même, comme le prouvent ces références

(1) http://www.frontnational.com/?page_id=1116
(2) http://fn27.over-blog.com/article-36024073.html
(3) http://www.frontnational.com/?p=3863
(4) http://fn56.hautetfort.com/archive/2009/11/13/segolene-royal-incite-a-la-debauche-des-lyceennes-de-poitou.html