A 45 ans, Rachel a décidé de croquer la vie et les hommes : elle est une gangbangueuse. Elle a décidé de tout raconter de sa passion pour la pluralité dans son journal d’une gangbangueuse. Interview.

Elle arrive d’un pas décidé, qui sied, dans notre imaginaire, à la gangbangueuse sans complexe qu’elle affirme être. Elle, c’est Rachel, 45 ans, plutôt jolie, un sourire constant aux lèvres.

gangbangueuse 01

Rachel est une gangbangueuse, une de ces libertines férues de pluralité masculine. Elle a décidé de tout raconter dans son Journal d’une gangbangueuse. Et nous, de l’écouter.

Interview de Rachel, gangbangueuse

– Qu’est-ce que c’est, au juste, une gangbangueuse ?

(rires) Basiquement, c’est une femme qui pratique le gangbang, c’est à dire des partouzes sous le signe de la pluralité masculine. Moi, quand je baise, c’est rarement avec un seul homme. Deux, c’est le minimum, mais je les dévore à la douzaine.

– Tu es une mangeuse d’hommes ?

Exactement ! On présente souvent les libertines qui pratiquent le gangbang comme des victimes, des femmes soumises aux désirs des hommes. Pour moi, en tout cas, c’est exactement le contraire. D’ailleurs, si un des mecs n’est pas content, il m’en reste toujours une floppée à déguster.

Je pense d’ailleurs que l’immense majorité des gangbangueuses est composée de femmes comme moi. Décidées et plutôt dominatrices.

– Quel est ton genre de mecs ?

Avec une bite en état de marche, ça me convient (rires). Non, je n’ai pas de types d’hommes en particulier. J’aime mon mari, et c’est tout. Le reste, c’est pour le cul. Ou plutôt pour la bite. J’ai toujours été fascinée par les membres des hommes.

– Pourquoi raconter ton expérience ?

Premièrement, je pense que ça peut faire bander des tas de mecs. Deuxièmement, il n’est pas impossible que mon témoignage aide des femmes à se décoincer. Nous, les nanas, on aime le sexe autant que les mecs. Il n’y a pas de raisons pour qu’on se gêne plus qu’eux.

Quel mec hétéro n’aimerait pas baiser avec douze femmes en même temps ? Moi, je le fais, parce que c’est bon.