Qu’en est-il du plaisir des femmes, et singulièrement de l’orgasme féminin, en club échangiste et dans le milieu libertin en général ? Il fallait sans doute une journaliste libertine pour mener l’enquête…

Sachons-le, si les femmes vont en club échangiste, c’est pour jouir. Tout comme les hommes d’ailleurs, à la nuance près qu’on imagine sans mal un homme en quête de jouissance sexuelle alors qu’on pense les femmes plus passives, plus secrètes. Il y a du vrai, il y a du faux…

Girls just wanna have fun

Prendre du plaisir. C’est le but de toute démarche libertine. Prendre son pied avec son mari, avec un ou plusieurs autres hommes, avec des femmes. Prendre son pied à regarder les autres faire, à voir son mari avec une autre femme. Il a plusieurs niveaux dans le plaisir mais l’objectif est le même, avoir du bon temps, sexuellement parlant.

orgasme de femmes en milieu échangiste

« tiens, je crois que j’entends
ma femme en train de jouir ! »

Après si on parle d’avoir un orgasme, là, c’est la cerise sur le gâteau. Certaines en auront à chaque fois, plusieurs fois même, et d’autres moins souvent, comme dans une relation sexuelle à deux finalement. Chaque femme sait ce qui la fait grimper aux rideaux. A elle d’orienter ses partenaires en fonction de ses gouts et de ses envies. Le libertinage peut être un moyen de prendre du plaisir avec différents partenaires comme on prendrait du plaisir avec chacune de ces personnes séparément.

Partenaires particuliers

Certaines, par contre, ont une quête de plaisir dans le libertinage qui ne peut se substituer à aucun autre plaisir en couple. Et c’est justement cette quête qui est stimulante et excitante pour elles. Bisexualité, pluralité masculine, gang bang, voyeurisme, exhibitionnisme, autant de plaisirs, plus ou moins assumés devant leur moitié, qui sont des sources de plaisirs incomparables pour de nombreuses libertines. Les fantasmes des libertins sont impénétrables, c’est bien connu.

Parfois, la découverte du libertinage aura aussi permis à certaines de se libérer et d’avoir enfin accès au plaisir. La culpabilisation du plaisir féminin a fait son œuvre et beaucoup de femmes n’osent pas jouir, même pas en couple. Avec le libertinage, certaines femmes s’autorisent à prendre du plaisir car, le temps d’une soirée, elle laisse leur tenue de femme (de mère) parfaite pour revêtir celui d’amante sensuelle, ou selon leurs fantasmes, celui de putain, salope, femme soumise ou dominatrice.

Tiens, je crois que j’entends ma femme

Mais, avant tout, le libertinage est une histoire de couple. Un couple qui connait ses envies, qui connait ses plaisirs, ses zones érogènes, la manière de s’y prendre l’un avec l’autre etc… De cette complicité dans le couple nait le plaisir du libertinage mais aussi quelques situations cocasses…

« Lors d’une rencontre avec un couple, je regardais ma femme avec le mari (moi je m’occupais de sa femme) et à voir sa façon de faire, j’ai su tout de suite que ça n’allait pas coller. Je connais ma femme et là, ça n’était pas du tout ce qu’elle aime. Je me suis alors rapproché d’eux, et ai détourné la situation de manière à ce que ce soit l’épouse qui s’occupe de ma femme, j’avais remarqué que ses caresses lui conviendraient mieux » (Pierre, libertin coopératif )

« Pendant, notre dernière partouze, je m’afférais avec plusieurs libertines (je ne savais plus laquelle était la femme duquel mais cela avait peu d’importance à ce moment précis), lorsque d’un coup, des cris de plaisir sont venus briser les ronronnements ambiants. J’ai immédiatement reconnu Martine, ça m’a fait sourire, j’étais heureux, heureux de la savoir prendre son pied, avec qui, je ne sais pas, ça m’était complètement égal » (Damien, libertin heureux et amusé)

Oh oui ! Oh oui ! Oh oui ! et ainsi de suite

Tout ça pour dire, qu’il n’y a pas grande différence entre la quête du plaisir féminin et masculin. Chaque femme et chaque homme est particulier et prend son pied de manière singulière. La nuance, c’est que dans le libertinage, le plaisir est permis et même recommandé. Il est démultiplié aussi, par les possibilités infinies qu’il propose mais aussi les fantasmes qu’il suscite et la complicité qu’il apporte, et c’est bien là le principal.