Celles et ceux qui n’y sont jamais allés pensent parfois que c’est un mythe. La plage libertine du Cap-d’Agde, la fameuse « Baie des Cochons » est pourtant bien une réalité, certes un peu hors du temps. Nous l’avons visitée pour vous.

Si vous arrivez du quartier naturiste, entrez sur la plage du côté du camping Oltra et marchez, un bon moment, vers l’est (vers la gauche en regardant la mer). Si vous venez au contraire de Marseillan, et bien, prenez le sens inverse. Quand, tout à coup, la population devient nettement plus dense, qu’il n’y a plus d’enfants aux alentours, vous y êtes.

amas de voyeurs sur la Baie des Cochons

vous repérerez les shows amateurs
à l’amas de voyeurs

C’est bien simple, si vous n’êtes pas sûrs et certains d’être sur la plage libertine du Cap-d’Agde, un après-midi d’été, c’est tout simplement que vous n’y êtes pas. Parce qu’il y a sans doute peu de lieux au monde où vous pourrez assister à de tels spectacles.

Plage libertine : les exhibs et les voyeurs

La « Baie des Cochons », c’est d’abord le lieu où se retrouvent les couples libertins naturistes du Cap-d’Agde. On s’y rencontre, on y prend rendez-vous pour le soir et souvent même on s’exhibe… avec plus ou moins de conviction.

plage libertine : pipe par Naomi

à mesure que la journée avance, les bouches commencent à remplacer les mains

Si vous arrivez en début d’après-midi, vous y verrez nombre de femmes qui masturbent doucement leurs hommes (un peu moins souvent l’inverse), des regards et des sourires échangés et quelques matteurs qui, déjà, s’impatientent de trouver des spectacles un peu plus « aboutis ».

A mesure que la journée avance, les bouches commencent à remplacer les mains sur le sexe de la compagne ou du compagnon. On s’aventure un peu plus loin. Mais c’est autour de 17h que l’hallucinant spectacle de la plage libertine débute vraiment. Quand les secouristes descendent le drapeau d’avertissement (le fameux pavillon vert, jaune ou rouge), signe qu’ils quittent les lieux, vous n’êtes plus à Agde, Hérault, France, vous êtes dans un autre monde.

Vous repérerez les premiers shows amateurs à l’amas de voyeurs qui se forment autour des libertins et libertines les plus entreprenants. Il faut voir la masse humaine qui s’agglutine autour d’une coquine qui se masturbe ostensiblement, de deux couples sui se lancent dans une partie carrée en plein-air ou d’un seul couple qui propose un spectacle un tant soit peu original.

Le roi des voyeurs

C’est une star locale. Sur la plage, c’est bien simple, on ne voit que lui. Il est là tous les ans, à toutes les époques de l’été. Voyeur en chef, en quelque sorte. Tour à tour joyeux drille, jamais en panne d’un bon mot ou d’un commentaire grivois, ou un peu flic – il sait remettre en place ceux qui, parmi les voyeurs, dépassent les bornes – il arpente la plage libertine, son sexe imposant à la main et le sourire aux lèvres.

Alors quand on l’aborde pour une interview, on est surpris de voir la timidité refaire surface dans son regard clair, tout surpris d’être ainsi abordé par une jeune femme, encore plus surpris que celle-ci s’intéresse à ses activités de voyeur.

X (nous l’appellerons ainsi : il est marié et « vissé » dit-il, à la maison) vient sur la « Baie des Cochons » depuis plus de dix ans. Parfois, il a l’occasion de participer aux ébats libertins qui se jouent ici. « Pas tous les jours, mais assez souvent, en fait ». X est, pour tout dire, touchant. Un vrai jouisseur, respectueux dans ses propos, des femmes qu’il admire sur la plage. Tout heureux de pouvoir profiter du spectacle et des jeux érotiques. Comme un gamin à la plage, finalement.

Et puis, il y a les femmes qui aiment la pluralité masculine, qui se laissent toucher par les voyeurs, qui choisissent l’un ou l’autre (ou plusieurs d’entre eux) pour baiser, tout simplement, ou qui assouvissent un fantasme de bukkake. Vers 18h, à mesure que la plage voit partir les moins exhibitionnistes des couples libertins, il y a parfois 3 ou 4 spectacles qui se jouent en même temps, de la jeunette qui fait jouer ses charmes pour allumer les hommes seuls à la femme plus mûre qui suce avec gourmandise les sexes qui l’entourent.

La Baie des Cochons : un univers libertin à part

Quand on n’y est pas préparé, on a vite le vertige sur cette plage libertine. La sensation d’être tombé dans un monde parallèle, loin, très loin des conventions sociales auxquelles on est habitués. Et pourtant, il y a également cette sensation que tout est finalement « normal », parce que rien ici n’est choquant en soi, parce que tout le monde est consentant, parce l’ambiance est conviviale, sincère.

partouzes sur la plage libertine

si vous n’êtes pas sûrs d’être sur la plage libertine,
c’est que vous n’y êtes pas

Et on y regarde de plus près. On voit la satisfaction dans les yeux d’une libertine dont le show est applaudi par une cinquantaine de voyeurs, hommes et femmes (ici, l’orgasme d’un ou d’une participant-e est salué d’une salve d’applaudissements). On remarque aussi que certains couples (au physique très agréable, là n’est pas la question) n’ont pas retenu l’attention des voyeurs. Et que cela ne semble pas leur poser problème. Comme s’ils avaient marqué une forme de pudeur dans leur exhib. Mystère. « Je ne sais pas bien pourquoi on se retrouve tous au même endroit, sans doute que les couples qui veulent être mattés savent le faire sentir », témoigne un voyeur (voir encadré ci-dessus).

Au cours des années, on aura tout de même noté que la plage s’est un peu assagie (tout étant relatif, bien sûr). Moins de rencontres improvisées entre couples, moins de femmes qui font participer les voyeurs… La faute sans doute, aux quelques profiteurs, qui tentent leur chance en maillot de bain (et subissent finalement une « mise à l’air » forcée par la communauté des naturistes). La faute peut-être aussi au fait que les après-midi mousse du Glamour attirent les plus délurés des couples.

Quoi qu’il en soit, il faut le dire, il faudra à l’avenir savoir préserver l’esprit de la « Baie des Cochons », un véritable patrimoine immatériel du libertinage.

Savoir préserver l’esprit de la « baie des Cochons », c’est avant tout respecter l’éthique naturiste élémentaire, fut-elle dans sa version libertine. Venez aussi souvent que vous voulez, ici tout le monde est bienvenu, à la condition, essentielle, d’être nu.

Ensuite, respectez chacun, ne faites pas de gestes déplacés, de commentaires insultants, et tout se passera pour le mieux. Respectez les naturistes non-libertins, qui occupent l’immense majorité de la plage du quartier naturiste. La plage libertine n’est en fait qu’une petite partie de la plage naturiste.

Enfin, si la tentation est forte d’aller voir ce qui se trame du côté des dunes, ne perdez pas de vue que celles-ci appartiennent à une réserve naturelle, d’une part, et que leur piétinement entraîne leur destruction à plus ou moins long terme, d’autre part.