Ça approche. Bientôt, ça fera un an. Un an que tout ça est arrivé. Et nous, comment va-t-on depuis ? A l’aube de cet effroyable anniversaire, on est choqués, et on le restera face à l’imbécilité et l’injustice de ce qui est arrivé. Wolinski on pense à toi.

Le constat est amer. Déjà presque un an et que s’est-il passé depuis ? Ben, on est tristes, marqués, changés, mais on continue, on continue à penser, à écrire nos idées, comme eux l’auraient voulu. C’est dur, mais on n’a pas le choix, on avance, alors aujourd’hui « Tribute to Wolinski », le coquin au grand cœur.

Je suis Wolinski

On connaît tous Wolinski, son trait simple et efficace, son humour et ses personnages attachants. On sait qu’il était dessinateur de presse, qu’il a collaboré à Hara-Kiri, le Journal du Dimanche, France Soir et bien sûr Charlie Hebdo. Mais aujourd’hui, je n’ai pas envie de vous faire sa biographie.

Wolinski et Cabu

Wolinski et Cabu, deux victimes de la barbarie puritaine…

C’est trop frais, ça fait encore trop mal. Parler de lui au passé est déjà largement assez insupportable. Comment a-t-on pu en arriver là ? On n’arrive pas à réaliser l’absurdité des faits : des fous ont tué des gens parce que leurs dessins ne leur plaisaient pas…..

Un air de famille

Wolinski c’est plus qu’un personnage public, c’est plus qu’un dessinateur, c’est un ami, un père, un cousin. On se reconnaît, on a la même façon de penser, on peut ne pas toujours être d’accord mais on se le dit. On est plutôt de gauche, plutôt athées et on est libres.

Wolinski couverture

Tout est bon dans l’Homme ?

Chez Idées Libertines aussi, on aime un peu choquer, on aime parler de ce qui est tabou sans tabou, on essaye de faire bouger les lignes, on cherche, on réfléchit. On est insolent mais jamais méchants. Et puis on a un autre point commun, on aime le sexe, l’érotisme, l’amour…

L’intelligence coquine et tendre

Wolinski ne pense qu’à ça, c’est un obsédé, les femmes le passionnent, il les observe, les dessine. Il disait d’ailleurs de ses copines de Charlie : «Je les imagine nues et je les dessine». On l’a pensé macho, alors que c’est un tendre, un gentil.

Wolinski et les femmes

une vision du monde… par Wolinski !

Derrière son trait subversif, s’affiche une volonté de montrer au monde qu’on peut être libre et penser par soi-même. Des dessins choquants, oui, un humour burlesque sur la sexualité, oui, c’est son talent, son métier, sa façon de s’exprimer, il n’en reste pas moins un éternel amoureux.

Alors comment leur faire comprendre ? On ne tue pas les gentils. C’est trop facile. Georges, tu nous manques.